evaluez-ma-date reviews

Le porno en quete d�une nouvelle vigueur

Le porno en quete d�une nouvelle vigueur

Une bonne bouille, une barbe discrete, de delicates chemises a petits carreaux. Quentin Lechemia, un Lyonnais de 25 ans, pourrait etre un � geek � comme un autre. Passionne de codage informatique, entrepreneur dans l�ame, il a deja cree plusieurs societes, surtout dans la musique. Sa plus grande reussite, pourtant, est une start-up qu�il a prefere � effacer � de son CV : Pornostagram, une declinaison pornographique d�Instagram. Elle permet de prendre des photos sexy avec son telephone, de les nimber de filtres plus ou moins artistiques puis de les partager sur le reseau.

En avril 2013, Quentin Lechemia avait lance l�affaire un peu comme � un delire �. Deux ans plus tard, le site, rebaptise Uplust sous la pression d�Instagram, n�a plus rien d�une blague. Pres de 170 000 inscrits au compteur, surtout en Amerique latine et aux Etats-Unis, et � plus de 1 million de pages vues chaque jour, parfois meme 1,5 million �, assure son createur.

Pareil succes a fait saliver Marc Dorcel, le pape francais du X. A l�occasion d�une levee de fonds bouclee il y a quelques semaines, il est discretement entre au capital d�Uplust, avec une grosse minorite. � C�est un site fantastique, s�exclame, admiratif rate my date, Gregory Dorcel, fils du fondateur et directeur general de Dorcel. Dans notre activite, il y a un Graal : le vrai contenu amateur. Le plus souvent, on fait passer pour des photos d�amateurs du travail de professionnels. Avec Uplust, on voit enfin des images prises par les utilisateurs eux-memes. Nous, on est incapables de faire ca� �

L�envers du decor

Dorcel chez Uplust. Comme une alliance entre deux generations du porno, un pont entre deux mondes. Des romans-photos coquins aux cassettes VHS jusqu�a l�explosion des sites Web, le veteran Marc Dorcel a traverse, en trente-cinq ans, toute l�histoire du X, et construit une jolie PME familiale, la plus belle marque du � porno chic �.

Son chiffre d�affaires a encore progresse de 10 % en 2014, a 32 millions d�euros, et elle degage toujours des profits grace a des � films a scenario � comme Le Dortoir des filles ou Salopes a emporter, et a ses diversifications, notamment dans les sex-shops.

Read more